Vous êtes ici : Accueil > Les actualités

L’essai clinique « Discovery » contre le COVID-19 a démarré dimanche 22 mars 2020 à Lyon

Le 30 mars 2020

« Discovery », un essai clinique en temps réel et évolutif, va tester quatre traitements différents contre le Covid-19 et inclure 800 patients en France.

Le protocole de cet essai clinique « Discovery », coordonné par l’Inserm, a été mis en place en un temps record par des cliniciens et des chercheurs du consortium REACTing (REsearch and ACtion targeting emerging infectious diseases) sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les premiers patients ont été inclus dimanche dernier, 22 mars 2020, dans l’essai clinique, à l’hôpital Bichat à Paris dans le service du Prof. Yazdan Yazdanpanah (APHP) et à l’hôpital de la Croix-Rousse à Lyon, dans le service du Prof. Florence Ader et du Prof. Bruno Lina (Hospices Civils de Lyon - HCL, Centre International de Recherche en Infectiologie - CIRI), membres du LabEx Ecofect. Il est prévu d’inclure 800 patients sur le territoire national et sera mené en parallèle en Belgique, Hollande, Allemagne, Espagne et Angleterre, afin d’atteindre un nombre total de 3 200 patients en Europe.

L’essai clinique permettra de tester quatre traitements différents et complémentaires, certains étant des molécules, d’autres une combinaison de molécules :
  • Remdesivir : c’est un traitement antiviral développé pour le virus Ebola, mais qui a un spectre d’action plus large. Des données in vitro ont démontré que le remdesivir peut bloquer la réplication des coronavirus dont le Covid-19
  • Lopinavir + ritonavir : c’est une combinaison de deux molécules utilisées contre le VIH. Il existe des données in vitro prometteuses et un premier essai clinique a été effectué en Chine. « Discovery » sera un essai complémentaire car l’essai clinique chinois avait intégré trop peu de patients et inclus des patients trop tardivement dans leur maladie pour que l’effet antiviral puisse avoir lieu.
  • Lopinavir + ritonavir + interferon ß : cette combinaison devrait permettre de soigner les deux phases de la maladie : a) la phase virologique pendant laquelle les antiviraux comme le lopinavir et le ritonavir pourront avoir en effet et, b) la phase immunopathologique avec un syndrome inflammatoire pendant laquelle les cliniciens espèrent que l’interferon ß pourra agir en bloquant le processus inflammatoire
  • Hydroxychloroquine : ce traitement est un antipaludique. Il est également utilisé comme anti-inflammatoire et immunomodulateur dans le traitement de certaines maladies chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde et le lupus. L’hydroxychloroquine a été introduite dans l’essai clinique « Discovery  » suite à la demande de l’OMS et du gouvernement français afin de savoir si elle pouvait être efficace contre le Covid-19.


Critère d’inclusion des patients

Ce protocole a été mise en place pour intégrer des patients des services de maladies infectieuses et de réanimation. Les patients des unités Covid-19 mises en place dans les services des HCL qui ne traitent normalement pas des patients infectieux seront également inclus. Les patients seront inclus très tôt dans la maladie afin que les traitements antiviraux puissent agir au mieux.

Ils doivent remplir deux critères :
  • avoir une infection respiratoire et/ou avoir besoin d'un support en oxygène ;
  • être hospitalisé (exclusion des patients traités en ambulatoire).
 

Détails sur l'essai clinique

Actuellement cinq centres en France (Paris, Lyon, Lille, Nantes, Strasbourg) incluent des patients au fur et à mesure depuis le début de l’étude. Il y aura une progressive montée en puissance en France, puis en Europe avec l’inclusion des patients dans les autres pays concernés par « Discovery ».

Les premières évaluations cliniques se passeront au 15e jour de traitement pour chaque patient, il faut donc dans un premier temps avoir suffisamment de patients dans une première vague afin d’avoir les premiers résultats.

L’essai clinique « Discovery » est en temps réel car il a pour vocation d’inclure les patients au cœur de l’épidémie et évolutif car l’essai pourra être modifié au cours de l’étude en fonction de l’efficacité ou non des quatre traitements testés, afin de recruter plus de patients sur un traitement si un autre s’avérait peu efficace.

Vous trouverez toutes les informations en visionnant ci-dessous la conférence de presse du Prof. Florence Ader (HCL, CIRI, Université Claude Bernard Lyon 1) et du Prof. Bruno Lina (HCL, CIRI, Université Claude Bernard Lyon 1, LabEx Ecofect).