Les 16 projets de recherche repondant à la crise COVID-19 engagés par les chercheurs de l'Université de Lyon

Caractérisation et récupération de la fatigue chronique chez les patients atteints par la Covid-19


Porteur : Guillaume MILLET, Université Jean Monnet

Les premiers retours des cliniciens ayant traité les patients atteints par la Covid-19 font état d’une fatigue extrêmement marquée. De hauts niveaux de fatigue ont aussi été rapportés chez des sujets hospitalisés en unité Covid+, et même non-hospitalisés. La fatigue peut entraîner les patients dans un cercle vicieux d’inactivité/sédentarité impactant à terme la qualité de vie et la reprise d’une activité professionnelle. Ce projet se propose de diagnostiquer de façon exhaustive les causes objectives de fatigue (sommeil, déconditionnement cardio-respiratoire, excitabilité cérébrale, fonction musculaire, inflammation) et d’étudier sa récupération à 6 mois. En parallèle, la fatigue perçue et d’autres facteurs associés (stress, dépression, activité physique) seront recueillis en continu grâce à un outil développé pour le présent projet.

Confine-Covid-19 - simulation numérique de sortie du confinement


Porteur : Pascal ROY, Laboratoire de biométrie et biologie évolutive (LBBE)

Le projet Confine-Covid-19-simulation numérique de sortie du confinement associe (1) une modélisation de l’épidémie de Covid-19 avant, pendant, et en sortie de confinement, (2) des simulations de l’impact des mesures prises pour contrôler l’épidémie en sortie de confinement (port de masques, dépistage/isolement des cas et sujets contacts) intégrant les performances des tests diagnostiques. Il associe près de 40 chercheurs de Lyon (LBBE, LSAF, ECL, LIRIS, ICJ, CIRI, HCL, Inria), Rouen et Nice.

CORODORAT. Les pertes de l’odorat et du goût durant la crise sanitaire de la Covid-19 : caractérisation, effet sur la qualité de vie et prise en charge


Porteurs : Camille FERDENZI, Moustafa BENSAFI, Centre de recherche en neurosciences de Lyon, Centre hospitalier Le Vinatier

Un des symptômes les plus marquants de la Covid-19 est la perte de l’odorat et du goût. Le projet CORODORAT vise à caractériser de façon précise ces perturbations sensorielles et leurs conséquences sur la qualité de vie des patients, à l’aide de questionnaires à grande échelle combinés à des tests psychophysiques en milieu clinique. Ces avancées permettront de proposer des stratégies d’aide au diagnostic de la Covid-19, mais aussi d’améliorer la qualité de vie en aidant à la récupération de l’odorat.

Covid-CTPRED


Porteur : Pierre CROISILLE, Centre de recherche en cquisition et traitement de l'image pour la santé (CREATIS), CHU Saint-Étienne

En combinant la « signature » particulière de la Covid calculable sur le scanner thoracique aux informations cliniques et biologiques, l’objectif du projet Covid-CTPRED est de pouvoir prédire le devenir des patients à partir des seules données de prise en charge aux urgences. Le modèle basé sur les techniques d’intelligence artificielle aura pour ambition de prédire le risque d’hospitalisation, d’admission en soins intensifs et de complications, afin d’aider à l’optimisation de la prise en charge hospitalière.

CovidAC – Covid-19 et animaux de compagnie


Porteur : Vincent LEGROS, Centre international de recherche en infectiologie (CIRI)

L’objectif du projet CovidAC vise à clarifier le rôle potentiel des animaux de compagnie (chien, chat, furet) vis-à-vis du SARS-CoV-2, l’agent responsable de la pandémie de Covid-19, dans un contexte épidémique massif observé aujourd’hui en Europe, et particulièrement en France. Plus particulièrement, il vise à apporter des éléments permettant d’évaluer la prévalence de la maladie chez les animaux domestiques, décrire les signes cliniques éventuels et estimer le risque pour l’Homme.

COVIMOB - La mobilité urbaine des personnes au prisme de la crise sanitaire


Porteuse : Stéphanie VINCENT, Laboratoire d’aménagement économie transports (LAET)

Le projet COVIMOB porté par le LAET s’intéresse aux transformations des pratiques de mobilités dues à la crise sanitaire de la Covid-19 sur le territoire de la Métropole de Lyon et le département du Rhône. Ce projet interroge notamment les évolutions liées au volume des déplacements, au choix des modes de transport, au développement des télé-activités notamment pour le travail et aux aspirations résidentielles et pose la question de la pérennité des évolutions observées durant la crise.

Étude des mécanismes immunologiques impliqués dans l’aggravation de la Covid19 chez les sujets obèses et/ou diabétiques - HPI-Covid Host-pathogen interactions during paedratic and adult SARS-CoV-2 infection - RICO : Étude de la cinétique de la réponse immunitaire au cours du séjour en réanimation des patients adultes infectés par le SARS-CoV2 (…)


Porteurs : Assia ELJAAFARI, Florent VALOUR, Thierry WALZER et Fabienne VENET, Centre international de recherche en infectiologie (CIRI)

Ces trois projets portés par des équipes du CIRI visent à étudier la réponse immunitaire chez les patients infectés par le SARS-CoV-2 et à comprendre les causes de l'évolution vers les formes sévères, notamment en lien avec l’obésité et le diabète. Pour cela, les chercheurs vont analyser les composantes innées (interférons, cellules NK, etc) et adaptatives (lymphocytes T, anticorps) de la réponse et les corréler aux données cliniques, afin d’identifier des marqueurs pronostic et des nouvelles pistes de traitement.

HUMAN19 Hôpital unité mobile additif numérique


Porteur : Philippe BERTRAND, Laboratoire de tribologie et dynamique des systèmes (LTDS)

Dans le cadre de la crise de la Covid-19, l’impression 3D a prouvé sa capacité à répondre en urgence, avec agilité, à nombre de demandes émanant de personnels soignants : sauver des vies, protéger les soignants, faciliter la rééducation des patients.
Le projet HUMAN19 vise à implanter, au coeur d'un CHU, une unité de fabrication autonome en container, couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur de fabrication de dispositifs médicaux, de la conception à la validation, basée sur les technologies de fabrication additive.

INTERLUDE : enquête sur le confinement et ses effets sur le quotidien


Porteuse : Lise BOURDEAU-LEPAGE, laboratoire Environnement ville société (EVS)

Le projet de recherche INTERLUDE a pour principaux objectifs de saisir les changements qui se sont opérés dans le quotidien des Français au cours du confinement lié au coronavirus : rythmes de vie, habitudes de vie (courses, sport), relations sociales, conditions de travail, situations face à l’emploi, etc. pour évaluer l’impact du confinement sur leur bien-être et leur santé mentale. Il a été lancé au début de la crise sanitaire ; plus de 12 500 personnes ont répondu à l’enquête qu’il comprend.

MetaEvidence Covid


Porteur : Michel CUCHERAT, Laboratoire de biométrie et biologie évolutive (LBBE)

MetaEvidence Covid offre un accès en ligne à un tableau de bord des résultats sur l’efficacité des traitements de la Covid-19 actualisé en temps réel. L’ensemble des résultats produits par les essais thérapeutiques sont analysés et synthétisés par méta-analyse dynamique réalisée de manière semi-automatique par des outils d’IA. La finalité du projet est de produire le plus rapidement possible les bases factuelles nécessaires à l’élaboration des stratégies thérapeutiques.

RAR2C - Représentations sociales, adaptation, risques, cancer et Covid


Porteuse : Marie PRÉAU, Groupe de recherche en psychologie sociale (GRePS)

Le projet RAR2C vise à étudier les stratégies d’adaptation des personnes à face à l’épidémie de SRAS-CoV-2 aux niveaux professionnel, social et familial. Il s’agit ici d’appréhender l’impact de la vie avec un cancer, pour soi ou un proche, sur les représentations, perceptions des risques, comportements, rapport au télétravail auprès de personnes atteintes de cancer ou pas via le recours à la plateforme de recherche participative Seintinelles. Deux outils de recueils de données ont été utilisées : un questionnaire en ligne et un journal de confinement.

RDS for SARS-CoV-2


Porteuse : Delphine MAUCORT-BOULCH, Laboratoire de biométrie et biologie évolutive (LBBE)

La pandémie de Covid-19 a conduit à une forte mobilisation et une redistribution majeure des ressources de soins susceptibles d’impacter l’offre de soins. Ceci a pu entrainer une perte de chance via l’augmentation de la morbi-mortalité des pathologies hors-Covid. L’objectif est de mesurer l’impact de l’épidémie de Covid-19 sur le délai de la prise en charge adaptée des patients présentant une des pathologies médicales ou chirurgicales graves ciblées, en comparaison aux années antérieures.

Régulation juridique de la communication en phase pandémique et post-pandémique


Porteuse
: Béatrice ESPESSON-VERGEAT, Centre des recherches critiques sur le droit (CeRCriD), Université Jean Monnet

L’épidémie de fausses informations pendant la phase Covid-19 a conduit l’OMS à déclarer cette infodémie comme une urgence de santé publique. La recherche porte sur l’encadrement juridique de l’information et le contrôle de « l’infodémie » au cours de la pandémie de Covid-19.
La recherche, au sein du CeRCriD, réalisée par une équipe transdisciplinaire, aboutira, après des études textuelles et enquêtes, à la présentation de colloque, publication et ouvrage de vulgarisation.

RhinoCell - Modèles cellulaires de Rhinolophus, hôte naturel du SARS-Cov2


Porteur
: Bertrand PAIN, The Stem Cell and Brain Research Institute (SBRI)

La pandémie actuelle est causée par le virus SARS-CoV-2, qui comme ses prédécesseurs SARS-CoV et MERS-CoV, est un coronavirus qui circulerait naturellement dans des populations de chauves-souris. Mais celles-ci ne développent pas de symptômes. Ce projet vise à développer des modèles in vitro les plus pertinents possibles pour étudier et comprendre à l’échelle cellulaire les interactions entre ce nouveau virus SARS-CoV-2 et son hôte naturel, les chauve-souris du genre Rhinolophus.